AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
welcome message
Bienvenue sur ITP, forum fantastique où la magie des pierres précieuses vous emmène à la rencontre du passé!
Pensez à jeter un coup d’œil aux annexes et aux scénarios pour faire plaisir à un de nos membres chéris ♥
N'oubliez pas que vous avez 7 jours pour terminer votre fiche.
long live itp
N'oubliez de voter régulièrement sur les topsites
Mais aussi, remontez régulièrement le sujet Bazzart
pour attirer les futurs membres et faire vivre le forum
Respecter les tendances des pierres est primordial.
Chaque famille a été pensée avec une caractéristique dominante.
Les traîtres dans la famille des traîtres, les maudits chez les maudits et ainsi de suite!
merci de respecter celle-ci.
Porter le patronyme d’une famille n’est pas obligatoire.
Vous pouvez être un de Montebello sans vous appeler de Montebello.
Il y a plusieurs raisons pour que votre nom ait été modifié. Soyez inventifs.
Il est fortement conseillés de porter votre propre patronyme.
attention aux noms de familles à particule
En effet, une particule (de, d') est un signe de noblesse et n'a donc aucune majuscule.
Veuillez respecter l'orthographe des noms de familles s'il vous plaît.
Plus de place dans l’une des familles, pas de panique.
Cela veut dire qu’elles sont toutes prises dans le présent.
Toutefois, les places du passé ne sont pas comptabilisées,
vous pouvez donc vous rabattre sur cette possibilité.
Choisir mon duo?
Deux possibilités s’offrent à vous.
Soit vous allez dans le sujet prévu à cet effet.
Soit vous allez directement demander sur la fiche de lien d’un membre.
Ma pierre, mon pouvoir.
Le pouvoir de la pierre s’obtiendrait en effectuant un test rp/mise en situation.
Les places étant limitées, nous voulons ainsi éviter trop d’inégalités
et surtout de donner le pouvoir à un joueur qui ne l’utiliserait pas, ou pas correctement.

Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
∮ ARRIVÉE A PARIS : 15/02/2016
∮ PARCHEMINS : 128
∮ LOCALISATION : Hôtel des de Montebello. Sinon la Loge, ou alors dans une bibliothèque ou un musée. Si vraiment elle est absente, un petit voyage dans le temps est fort probable.
∮ PSEUDO : Lo

DIAMANT
Voir le profil de l'utilisateur

Sujet: There's such a difference between us | Eliott   Jeu 18 Fév - 23:19

There's such a difference between us.
Hello, can you hear me? I'm in California dreaming about who we used to be. When we were younger and free. I've forgotten how it felt before the world fell at our feet. Hello, how are you? It's so typical of me to talk about myself. I'm sorry. I hope that you're well. There's such a difference between us and a million miles.
Janvier 2016.

L’hiver parisien était relativement doux aujourd’hui. Une chance, Raphaëlle détestait fondamentalement et de tout son être la neige. Alors oui, c’était joli sur le coup, lorsque tout était blanc, mais une fois que la pellicule neigeuse fondait, c’était tout simplement horrible et ses chaussures finissaient ruinées la plupart du temps. Bien qu’elle largement de quoi s’en racheter une nouvelle paire quand elle le voulait, elle préférait éviter d’en ruiner pour rien. Encore moins pour de la neige. Son mug dans la main, son ordinateur portable dans l’autre, la blonde traversait les rues parisiennes pour se rendre à la Loge. Elle devait élapser pour remplir son quota quotidien, afin d’éviter tout saut involontaire et en profiterait, peut-être, pour continuer le dossier sur lequel elle travaillait. Non, elle n’emmènerait pas son ordinateur portable dans le passé. Elle n’était pas folle et respectait bien trop les règles qu’on leur imposait pour faire quelque chose d’aussi idiot. Elle avait dans son sac un cahier déjà bien rempli et une trousse. Tout cela pouvait voyager sans souci, elle n’aurait pas de problème avec trois feuille et un stylo.

Alors qu’elle attendait pour traverse, un homme qui, visiblement, comptait bien la dépasser, la bouscula et chamboula son monde si parfait. Son mug rempli de thé aux fruits rouges, dont elle n’avait pas fermé le bec puisqu’elle buvait en marchant, heurta son ordinateur et le liquide se déversa rapidement, inondant –à peu de choses près- l’ordinateur portable et ébouillantant au passage la main de la jeune femme. Elle vit instantanément rouge et était prête à dire tout ce qu’elle pensait à cet idiot sans cervelle qui avait provoqué un tel drame quand elle remarqua qu’il avait disparu. Elle ravala sa colère et fonça, passablement énervée, vers la Loge. Elle allait devoir racheter un ordinateur et se retaper tout le travail qu’elle avait déjà effectué. Pas la peine de lui parler d’une quelconque sauvegarde, le diamant des de Montebello était absolument nul en informatique. Enfin, elle connaissait les trucs de base, c’était tout et déjà bien assez à son goût.

Arrivée à la Loge, elle y pénétra avec sa mauvaise humeur sur le visage. Elle fit un effort cela dit, pour saluer toutes les personnes qu’elle croisait. Elle ne pouvait pas se permettre de passer pour une vraie garce aux yeux de tout le monde, même s’ils pensaient peut-être tous intérieurement qu’elle l’était. Elle se fichait bien de ce qu’on pouvait dire derrière son dos. Elle était le diamant, elle était la fille du grand-maître et c’était bien tout ce qui comptait à ses yeux. Elle se dirigea rapidement vers les toilettes, séchant comme elle le pouvait son ordinateur portable pour éviter d’en mettre partout, récupéra la tasse qu’on lui avait préparé en attendant puis pris la direction de la bibliothèque. Si elle voulait travailler son dossier, elle n’avait pas d’autre choix que de prendre un dictionnaire. Alors qu’elle adressait un « Bonjour. »  tout ce qu’il y avait de plus cordialement au veilleur présent, son regard fut attiré par une silhouette plus ou moins familière. Eliott de Beauvilliers, sur son ordinateur, pour changer.

Il fut un temps, ils avaient été proches. Mais il s’agissait d’une autre époque. Entre temps, ils avaient grandit et s’étaient séparés et éloignés. D’amis, ils étaient devenus des étrangers l’un pour l’autre. Jusqu’à ce que le grand-maître, alias son cher papa décide de les coller ensemble pour pallier à leurs lacunes respectives. L’escrime n’était pas le fort de Raphaëlle alors qu’Eliott ramait en danse. Parfait, ils s’aideraient. Disons plutôt qu’ils se supportaient, plus qu’autre chose, au final. Mais Eliott était bon en informatique… Et Raphaëlle avait cruellement besoin de récupérer son ordinateur. Ni une ni deux, elle se dirigea vers le brun, s’asseyant en face de lui, ordinateur et tasse de thé sur la table étroite qu’il occupait. « Salut Eliott. J’ai besoin de tes talents de… Tout ça. » Elle désigna de la main son ordinateur et lui accorda un sourire. Il ne pourrait pas dire non, n’est-ce pas ?
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

TOURMALINE NOIRE
avatar
∮ ARRIVÉE A PARIS : 13/02/2016
∮ PARCHEMINS : 222
∮ LOCALISATION : Paris, pour toujours, à jamais. et plus précisément chez les de Beauvilliers, dans le 1er arrondissement.
∮ PSEUDO : Cee ♦ Cécile

TOURMALINE NOIRE
Voir le profil de l'utilisateur

Sujet: Re: There's such a difference between us | Eliott   Sam 5 Mar - 21:06

Raphaëlle & EliottThere's such a difference between us Installé confortablement dans un des fauteuils de la grande Bibliothèque de la Loge, casque sur les oreilles, j’étais en train de me battre avec un code récalcitrant depuis une bonne heure et n’en voyais pas le bout. Cela aurait dû être un programme facile à corriger mais plus j’avançais et plus j’avais l’impression que ce code n’était qu’une simple blague. Un test à passer quand on était le nouveau de l’équipe. Comme si je n’avais que ça à faire de me prouver à ces gens. Il était clair qu’avec mes horaires particuliers, je n’allais pas réussir à m’entendre avec n’importe qui. Comment leur expliquer ? Et pourquoi leur expliquer ? Ils n’avaient pas à savoir que j’étais un voyageur du temps. Qu’élapser tous les jours dans des temps antérieurs à ma naissance était devenu mon quotidien depuis huit ans ? Et même si j’avais le droit de dévoiler tout cela, comment pouvaient-ils comprendre ?
Je reposais ma tête contre le dossier du fauteuil de la Loge, dépité. Je devais me faire une raison, je ne m’intègrerais jamais. Ce code était comme le test du Kobayashi Maru dans Star Trek : il fallait probablement tricher pour s’en sortir, pour réussir l’examen. Tricher pour se faire accepter, en voilà une drôle de manière. Une idée saugrenue me vint alors en tête : s’attendaient-ils à ce que je réécrive le code ? Refaire le programme à ma manière ? En jetant un regard furtif à la montre ancienne qui ornait un des murs de la Bibliothèque, je décidais de me lancer le défi. Je sortis alors mon iPod de ma poche, choisis ma playlist spéciale « programming » et la lançai en mode shuffle. J’étais lancé.
Plus ou moins une demi-heure plus tard, je réussis à retrouver le programme que je devais corriger dans mon propre code avec des modifications ajoutées de mon propre cru pour le rendre plus efficace. La pression et l’adrénaline retombèrent et mon corps se détendit. Etrangement je venais de me donner beaucoup de mal pour des personnes que je connaissais à peine et qui n’arriveraient jamais à me connaître réellement. Car mon masque de froideur n’allait pas s’effacer pour autant et mon comportement restera étrange à leurs yeux, le jeune Eliott de Beauvilliers qui profitait de son argent pour partir quand cela l’arrangeait. Après tout, si mon employeur était dans le secret, faisant partie de la Loge, il était bien le seul. Et ni la Loge, ni l’argent de la famille ne pouvaient m’aider dans les relations humaines. Un soupir. Parfois, je regrettais cette carapace que je m’étais forgée. Bien trop lourde, bien trop imposante pour m’être bénéfique. Je regrettais cet Eliott enjoué et souriant que j’étais à une époque où tout n’était qu’insouciance. L’écran de mon ordinateur portable toujours relevé mais le casque autour du cou, je fixai le plafond de la Bibliothèque silencieuse. Cette pièce m’avait toujours fasciné par sa beauté. Les moulures de l’époque étaient plus belles que jamais et les livres semblaient s’étendre à l’infini dans cette pièce bien moins profonde que ce que j’imaginais. J’étais sur le point de m’endormir lorsque la porte s’ouvrit sur un visage familier qui crût bon de venir vers moi en m’apercevant : Raphaëlle de Montebello. La fille du nouveau Grand Maître, le Diamant aux cheveux d’or que j’avais connu à une époque et qui était revenue dans ma vie il y avait peu. Son père avait eu la grande idée de faire de nous un binôme pour combler les lacunes de l’autre. Elle l’escrime, moi la danse. Seulement désormais, nous étions bien loin des Raphaëlle et Eliott de l’époque, jeunes enfants qui pouvaient s’amuser de tout et de rien et qui n’élapsaient pas encore. C’était le temps et la vie qui nous avait séparé et nous n’avions rien pu y faire. Peut-être était-ce ma faute quelque part. C’était moi la tourmaline aux deux facettes avec une carapace. C’était moi le de Beauvilliers qu’on voyait ou entendait le moins.
La blonde s’installa sur le fauteuil en face du mien avec son ordinateur d’un côté et sa tasse de thé de l’autre, me demandant de l’aider pour « tout ça ». Je fronçai les sourcils en guise de réponse, surpris. Pour tout ça quoi, exactement ? « Qu’est-ce que tu as fait à ton ordinateur, Raph ? » Je posai mon ordinateur à mes pieds en le refermant, pris la machine de mon interlocutrice et l’ouvris pour constater les dégâts. Je sentis une légère odeur de fruits rouges et vis par moi-même qu’il refusait de s’ouvrir. J’essayai de comprendre le pourquoi du comment avant de remarquer le mug que la de Montebello avait toujours en main. Soupir puis effarement qui se fit voir sur mon visage. « Ne me dis pas que cet ordinateur s’est pris du thé, quand même… » Sacrilège ultime. Qu’avait-il pu bien lui arriver ?
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
∮ ARRIVÉE A PARIS : 15/02/2016
∮ PARCHEMINS : 128
∮ LOCALISATION : Hôtel des de Montebello. Sinon la Loge, ou alors dans une bibliothèque ou un musée. Si vraiment elle est absente, un petit voyage dans le temps est fort probable.
∮ PSEUDO : Lo

DIAMANT
Voir le profil de l'utilisateur

Sujet: Re: There's such a difference between us | Eliott   Lun 7 Mar - 22:08

L'époque où Raphaëlle et Eliott étaient autre chose que des étrangers était révolue depuis des années maintenant. Si la blonde avait eu un coup de coeur pour son ami alors qu'elle avait à peine sept ans, son amour comme son amitié s’étaient dissipés avec l’âge. Ce n’était pas qu’elle ne l’aimait plus du tout, elle était loin de le détester, mais ils avaient tout simplement grandit chacun de leur côté et leur éloignement avait semblé normal, voire presque logique. De cette époque ne restaient que des photos et des souvenirs, ainsi que peut-être, des cadeaux qu’ils avaient pu se faire, lors de voyages autorisés puisqu’ils n’élapsaient pas encore ou pour des anniversaires. Le temps de l’innocence était passé et leur amitié aussi, chose qui arrivait, peut-être inévitablement. Après tout, Bastian s’éloignait d’elle un peu plus chaque jour, sans qu’elle ne puisse rien y faire. Heureusement, Tori était toujours là et elle pouvait avoir en la brune une confiance aveugle. Et elle était bien la seule personne, en dehors de Bastian, pour qui Raphaëlle avait une telle confiance. Mais maintenant qu’elle était de nouveau obligée d’échanger avec Eliott, elle ne pouvait s’empêcher de penser à leur enfance, parfois. Les deux jeunes gens avaient été très amis et complices, alors que maintenant, ils ne savaient presque plus rien l’un de l’autre. Peut-être était-ce pour le mieux, allez-savoir.

Son ordinateur posé sur la table, ses yeux bleus azurs posés sur le de Beauvilliers, elle était pleine d’espoir. Elle avait réellement besoin de récupérer ses données, et si possible, son ordinateur portable. Accro de la marque à la pomme, Raphaëlle avait en plus récemment changé son portable pour le dernier super fi, qui ne pesait presque rien. Un atout monumental quand on devait se le trimballer toute la journée ou presque. Si elle était nulle -ou du moins clairement pas douée- en informatique, l’envie d’avoir ce qu’elle considérait comme le « top du top » était toujours celle qui gagnait. Téléphone, tablette, ordinateur portable… Tout était de la même marque et mieux valait ne pas tenter de la faire changer d’avis. C’était beau, esthétique et ça marchait bien, c’était bien assez pour elle. Enfin, là pour le coup, avec la moitié d’un mur de thé, ça ne marchait plus vraiment très bien, mais Eliott était un as non ? D’ailleurs, la Tourmaline des de Beauvilliers ne sembla pas particulièrement ennuyé par son intrusion, ce qui était un minimum positif. Disons qu’ils n’avaient plus franchement l’habitude d’avoir de longues discussions, et si la présence d’Eliott -et sa grâce digne d’un moulin à vent- énervait Raphaëlle assez souvent, l’inverse pouvait être vrai également.

Lorsqu'il lui demanda ce qu’elle avait fait à son ordinateur, son visage eut une expression outrée. Elle, de suite ! Comme si elle était la responsable. Elle s’apprêtait à lui répondre d’une voix cinglante quand il évoqua le thé. Zut alors, son ordinateur sentait-il le thé ? Une grimace défigura le visage parfait du diamant et elle posa son mur de voyage juste à côté de sa tasse de thé pleine. « Ce n’est pas ma faute. J’étais dans la rue, je venais ici, et un abruti a trouvé normal de me dépasser en me bousculant ! Si je le trouve, je vais lui faire payer un nouvel ordinateur et une boite de thé… Tu sais combien il vaut, ce thé ?! C'est un vrai gâchis. » Indignée et énervée, la blonde bouillonnait. En plus, voilà qu’Eliot l’accusait à tort d’avoir renversé son thé sur son portable. Comme si une personne saine d’esprit aurait cette idée brillante… « Tu peux faire quelque chose pas vrai ? J’ai vraiment besoin de mon ordinateur El. Et si j’en rachète un maintenant, mon père va me trucider. » Pas qu’elle avait un peu la folie des grandeurs et une aisance particulière pour brandir la carte bleue de son cher papa, mais un peu quand même… Surtout qu’elle venait de dévaliser une nouvelle fois la bijouterie de sa cousine Aurore et que les diamants, malgré tout, ça coûtait cher…
acidbrain

━━━━━━━━━ ❃ ━━━━━━━━━

You're a diamond dear, they can't break you.
diamonds need not explain how radiant they are, they just keep shining. And maybe someday, you will wake up realising you lost a precious diamond while you were too busy collecting stones.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Sujet: Re: There's such a difference between us | Eliott   

Revenir en haut Aller en bas
 
There's such a difference between us | Eliott
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INTO THE PAST ⌛ ex hoc momento pendet aeternitas :: 1er arrondissement :: La loge de Newton :: La grande bibliothèque-
Sauter vers: